Trois Valaisans sur le podium à Nendaz

Trois Valaisans sur le podium à Nendaz

par Oliver Dufour, Nendaz – Attendus en snowboard à la 10e édition du Nendaz Freeride, c’est à skis que les Suisses ont brillé, grâce à Rausis, Renvall et Besse.

Sur les pentes très ensoleillées du Mont-Gand, samedi, on aurait volontiers misé sur podium suisse en snowboard, tant chez les dames que chez les messieurs. Las pour eux, les riders helvétiques ont n’ont pas réussi les runs espérés sur «leur» neige, malgré des conditions de rêve, et ont dû laisser la vedette à leurs concurrents.

Championne du monde en titre, la Valaisanne Estelle Balet avait manqué son affaire la veille en qualifications déjà. Invitée de marque en finale à l’occasion de sa première compétition de freeride, l’ancienne championne de boardercross chaux-de-fonnière Mellie Francon a quant à elle chuté dès le début de son parcours, samedi après-midi. Quant à Florian Bouvet Fournier, leader du classement messieurs avant cette épreuve, il a aussi terminé loin des meilleurs à la suite d’un run manqué. Le meilleur résultat en snowboard a été réussi par le Nendard Tibor Sesti, qui est venu échouer au 4e rang à seulement 0,34 points du podium.

«J’ai renoncé au backflip pour assurer»

C’est donc plutôt chez les skieurs qu’il a fallu chercher les étincelles de cette épreuve Freeride World Qualifier (l’antichambre du Freeride World Tour), dotée de quatre étoiles sur cinq. Derrière l’intouchable Français Léo Slemett (91,67 points), déjà vainqueur l’année dernière et actuel 6e du classement World Tour, les Suisses se sont illustrés. Le Valaisan de 22 ans Yann Rausis a d’abord signé un run de toute beauté. «Ce n’est pas souvent que j’en plaque un exactement comme je l’avais imaginé. Ma prestation en qualifications (3e) m’a mise en confiance et je me suis dit que je pouvais viser haut. J’ai pu enchaîner plein de barres de rochers en plus d’un 360°. J’ai juste renoncé à faire un backflip sur la fin pour assurer le coup et je crois que j’ai bien fait», a estimé l’Orsiérain. Grâce à cette performance de haut niveau, cet étudiant en physique à l’EPFL est venu cueillir le 2e rang, à 3,67 points de Slemett, alors qu’il ne pointait qu’au 148e rang du classement FWQ. «La plupart des épreuves quatre étoiles de la saison ont été annulées cette saison, ce qui a profité à beaucoup de concurrents skiant dans de plus petites épreuves.»

Yann Rausis, qui est surtout attiré par l’esthétique de l’image dans le ski et qui réalise des projets photo et vidéo, se donne encore deux ou trois ans pour voir s’il est capable de venir rejoindre l’élite sur le World Tour. «Les compétitions, ça donne de la visibilité et ça permet d’avoir des sponsors qui nous permettent de nous en sortir financièrement», a résumé le jeune Valaisan. Juste derrière lui, on retrouve l’épatant Carl Renvall. Né de parents suédois, mais résident depuis toujours à Verbier, «Calle», 19 ans seulement, a offert un run plein de culot et de fraîcheur pour venir éjecter les autres favoris du top 3.

«Maman, j’ai rien!»

La palme du spectacle reviendra cependant à Maxime Vaquin. Le Nendard, qui avait promis de tout donner sous les yeux des siens et de placer un backflip dans son run, a justement chuté sur cette figure en fin de run. Jusqu’alors, il avait dévalé la pente avec un performance qui lui aurait sans doute permis de se battre pour la victoire. Après avoir gratifié les spectateurs d’un flip rageur en passant le portillon de départ, il a fait tout juste jusqu’au dernier saut. Son backflip d’une longueur incroyable – pas loin de 40m – méritait à lui seul le détour. Hélas pour Max Vaquin, la réception a été beaucoup moins propre.

«Maman, je n’ai rien!», a-t-il crié, rassurant, juste après l’arrivée qu’il a ralliée en amusant encore la galerie sur un seul ski. «Ce backflip ne veut toujours pas. J’ai fermé les yeux et quand je les ai rouverts je voyais toujours le rocher derrière moi! Je me suis dit que ça faisait quand même longtemps que j’étais en l’air. Mais ce n’est pas grave. Essayé, pas pu. L’important est que je ne me suis pas blessé et que j’ai eu un immense plaisir. Les juges m’ont même dit que je faisais un podium sans cette chute.»

«Last but not least», la skieuse de Bruson (VS) Maude Besse (20 ans) s’est classée 2e de l’épreuve féminine de ski. La championne du monde junior 2013 n’a terminé qu’à 3 points de l’Espagnole Adela Vilanova I Fabrega. C’est ce qu’on appelle une belle journée pour le freeride valaisan sur ses terres.